Sur la route des couleurs de l’automne

Sur la route des couleurs de l’automne

OUTAOUAIS

Sillonner les courbes pavées, entre forêts et rivières, ça vous interpelle? Moi aussi et tout particulièrement en moto. C’est pourquoi j’adore parcourir ma région sur deux roues, surtout à cette saison, car l’automne, c’est magique en Outaouais.

Un de mes points de départ favori, le cœur du centre-ville de Gatineau, à la Maison du Tourisme. À quelques minutes du centre-ville, on plonge dans un véritable univers champêtre parsemé des plus belles couleurs automnales, où le rouge, l’oranger et le jaune sont mis en valeur dans une ambiance paisible. D’un côté, la rive gatinoise avec le Musée canadien de l’histoire et son impressionnante architecture, et de l’autre, la rive ontarienne avec le Parlement du Canada. Puis quelques minutes plus tard, j’entre dans le fameux parc de la Gatineau. Sa beauté en est pratiquement indescriptible. C’est sur les routes larges et vallonnées de la promenade de la Gatineau que je monte tranquillement jusqu’au lac Pink, un lac méromictique aux eaux turquoises que vous pouvez observer de plusieurs points de vue, que ce soit en surplomb du belvédère ou en parcourant le sentier pédestre de 2,5 kms qui l’entoure.

Après avoir respiré l’air frais et imaginé ce que serait ma vie sur un lac aussi resplendissant, j’aime reprendre la promenade pour m’arrêter à nouveau, à seulement une dizaine de kilomètres plus loin, au domaine MacKenzie-King. Je me réserve toujours une heure pour me dégourdir dans ce véritable havre de paix de 231 hectares, ayant appartenu au dixième premier ministre du Canada. Entre les arbres au feuillage rougeâtre, les ruines de pierres, les maisonnettes jaunes, le vaste terrain sans limites et les jardins de fleurs, le décor est tout simplement enchanteur. Et que dire de sa beauté en automne! Plus de fourmis dans les jambes, il y a un dernier arrêt spectaculaire à faire dans le parc : le Belvédère Champlain. C’est sans aucun doute un de mes coups de cœur de la région. Après tout, son élévation de 335 mètres au-dessus du niveau de la mer nous réserve non moins qu’une vue imprenable sur la terminaison du Bouclier canadien. Petite suggestion : asseyez-vous sur le muret en pierre et savourez une petite collation.

Ouf! Ce début de randonnée me creuse l’appétit. Ça tombe bien, c’est l’heure du lunch et je sais exactement où aller : le village Old Chelsea! Avec ces charmants cafés et bistros, je me rassasie sans problème. Mais bien entendu, j’hésite toujours entre deux endroits : Biscotti & cie, où je suis à tout coup séduite par le décor pittoresque et accueillant de la place ainsi que par les sandwichs gourmets maison et les pâtisseries alléchantes. Autre lieu de tentation : le Pub Chelsea où les repas de style bistro sont parfaitement accompagnés par des bières brassées localement. Si je suis sur place le samedi, j’en profite pour fouiner dans le marché public local. Autre stop inusité : le Café chat sibérien, le premier au Canada. Rassasiée, je reprends la route 105, direction Wakefield. Sur le chemin de la Rivière, on longe la rivière Gatineau pendant une quinzaine de kilomètres. Wow! C’est la même réflexion qui me traverse l’esprit à chaque fois que j’emprunte ce chemin. Non seulement le cours d’eau bordé de montagnes feuillues est charmant … Imaginez le décor en octobre : un vrai spectacle naturel! En poursuivant ma route, j’atteins le cœur du village, sur la rue Principale, parsemée elle aussi de boutiques, de cafés, et de restos tout plus chaleureux les uns que les autres. Gourmande comme je suis, j’aime bien aller faire le plein de fudge décadent à la Confiserie Wakefield pour ensuite continuer jusqu’au Pont couvert Wakefield, si spectaculaire avec sa couleur rouge vif et son cachet historique.

C’est déjà le temps de retourner « en ville ». En retournant sur mes traces, je laisse parfois tenter par une halte gastronomique au Moulin Wakefield, devant les chutes McLaren. Et pourquoi pas une nuitée avec une soirée dans le spa extérieur tant qu’à y être! C’est ça faire de la moto en Outaouais. Sentir la brise fraîche au visage, traverser trois villes en une journée, être dépaysé en quelques minutes, rencontrer des gens chaleureux et être envahi par des paysages à couper le souffle. Je ne pourrais pas m’en passer! Et vous?

Pour tout connaître d’autres circuits moto en Outaouais, cliquez ici.

Karo Normand-Séguin, Tourisme Outaouais 


Crédits photo : Commission de la capitale nationale/Tourisme Outaouais - Chelsea Pub/Tourisme Outaouais - Pont couvert Wakefield/Tourisme Outaouais

Partagez sur :

Galerie photos